Le nickel chimique Kanigen® (9-12wt%P)

Le nickelage chimique est un dépôt technique composé de nickel (Ni) et de phosphore (9-12wt%P). Il est appliqué selon le procédé Kanigen® (auto-catalytique) par immersion dans un milieu aqueux. En fonction des besoins spécifiques, un taux de phosphore > 10,5 wt% peut être garanti pour obtenir des couches amagnétiques.

A l’inverse des procédés électrolytiques, le procédé chimique Kanigen® permet d’obtenir une couche absolument uniforme qui, de plus, est applicable d’une manière très précise, et sans effet de pointe.

Il est, dés lors, possible de réaliser des pièces complexes, à géométrie variable, sans nécessiter de finition après traitement de surface et tout en respectant les tolérances de la pièce.

Différence du dépôt entre le nickel chimique et un revêtement électrolytique

Nickel chimique :

Epaisseur uniforme du revêtement, d’une précision tant intérieure qu’extérieure atteignant les microns.

Dépôt électrolytique :

Dépôt irrégulier, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, effets de pointes

Les variantes

  • Nickel chimique Kanigen® comme déposé*. Bonne résistance à la corrosion. Dureté de 50 HRc ou 530 HV0,1.
  • Nickel chimique amagnétique avec un taux de phosphore >10,5 wt%.
  • Nickel chimique dur, après traitement thermique à 280°C. Couche résistante à l’usure. Dureté de 67 HRc ou 900 HV0,1.
  • Nickel chimique de diffusion, après traitement thermique > 600°C. Bonne résistance à la corrosion et à l’usure dans des conditions extrêmes, p.ex. pour les applications off-shore.

La couche peut être appliquée sur tous les substrats : aciers, aciers alliés, inoxydables, fonte, alliages d'aluminium, cuivreux, ... et également des matières spéciales comme l'argent (Ag), INVAR, 17-4PH, ...

La couche de nickel chimique Kanigen® est utilisée également comme sous-couche : 

  • NiPtef : une couche de nickel chimique Kanigen® suivie d'une couche de co-déposition (dispersion) de nickel chimique et de PTFE (V%>20)
  • Nickel chimique noir mat : une couche de nickel chimique Kanigen® suivie d'une couche bas phosphore passivée noir mat.
  • Nickel chimique noir brillant : une couche de nickel chimique Kanigen® suivie d'une couche moyen phosphore passivée noir brillant.

Les propriétés de la couche Nickel chimique

Grâce au taux de phosphore dans la couche, le nickel chimique Kanigen® présente des qualités techniques intéressantes :

  • protection contre la corrosion
  • coefficient de friction bas (évite le soudage à froid)
  • haute dureté, résistance à l’usure
  • une bonne sous-couche pour le brasage

Autres propriétés : haut degré d’adhérence et structure radiographique amorphe (Xray-amorph) particulièrement intéressants pour les applications sous vide, faible aimantabilité ou amagnétique, …

Les spécificités de Kanigen Group
Taux de phosphore standard entre 9 et 12wt% : wt%P > 8.5 wt% = Xray-amorph*.

* Couche déposée avec une structure amorphe lors du traitement de nickelage chimique Kanigen®. Un traitement thermique supplémentaire change la structure de la couche et modifie les propriétés mécaniques, électriques et chimiques tels que la dureté, la résistance à la corrosion et son comportement magnétique.

 

Etude de cas

 

Rentabilité assurée pour un projet en codéveloppement

En 2003, notre plus grand client nous a confié un nouveau challenge : parvenir à traiter une pièce « au tonneau » qui avait été développée pour un traitement à l’attache afin de rendre ce projet rentable.
Ce que nous avons fait !

 

« L’équipe Kanigen devait faire face à plusieurs
challenges : traiter la pièce au tonneau là où elle
était hyper sensible aux chocs, avec des exigences
de propreté très élevées tout en garantissant une
épaisseur de 7 à 10 μm. De plus, la pièce était
déformée au montage.
Ce projet a été une réussite grâce aux codéveloppements
que nous avons réalisés ensemble. »

 

En 2007, nous avons délocalisé la production vers Kanigen France Bonneville (F) et nous avons créé une ligne
automatique de production dédiée pour ce type de produits. Et cela suite à la demande du client afin de
traiter les pièces là où elles étaient produites.

 

Etudes de cas
Etudes de cas

Automobile